SUR REAGIR : MAUVAISE GESTION DES EMOTIONS

Entrainez-vous à  être acteur plutôt qu’à  sur-réagir en victime;

Une bonne nouvelle vous réjouis, un client devient agressif, et de suite, vous montez dans les tours;

La sur-réaction est souvent une défense instinctive et spontanée déclenchée par un trop plein d’émotivité. Qu’elle soit bonne ou mauvaise. Parce qu’elle provient d’une goutte d’eau qui fait déborder le vase émotionnel déjà  trop rempli;

La sur-émotivité, la réplique agressive, la réactivité violente est à  l’origine, dans la communication et le relationnel, de disfonctionnements, de mauvaises interprétations et de situations conflictuelles.

L’action posée, constructive et positive provient, à  contrario, de l’analyse « à  tête reposée » de la situation et de nos besoins profonds pour nous respecter et d’être, aussi, respecté par les autres. Inspirer le respect comme un adulte zen en sécurité intérieure;

Une personne qui « déborde » et perd le contrôle de ses émotions n’est pas crédible aux yeux de son interlocuteur.

Pour rester calme et posé, prenez le temps d’accepter vos émotions sans les juger (colère, tristesse ou au contraire surprise, enthousiasme), puis posez-vous les bonnes questions, ça fait écho à  quoi en moi ? cela vient réveiller quelle blessure en moi ? ou quel bon souvenir ? Exemple :  ce client me rappelle mon père qui me parlait de façon agressive et autoritaire ;ou ce compliment ça me rappelle mon professeur qui m’a félicité pour mon travail;

Autorisez-vous à  ne pas accepter l’inacceptable et dire stop quand cela va trop loin sur un ton calme déterminé et poli, ne rentrez pas dans le jeu du triangle dramatique : Victime / Persécuteur / Sauveur;

Exemple : J’ai besoin de reprendre cette conversation plus tard. J’ai besoin de parler dans le calme dans une relation respectueuse d’égal à  égal. Je vous recontacte. Bonne fin de journée.

Faire des critiques constructives pour rendre service

Fréquemment, la hantise de décevoir ou pour fuir le conflit, empêche de dire ce qui nous dérange, nous blesse, nous heurte ou nous attriste. C’est idiot, car une bonne critique est constructive. Une critique pertinente est, au contraire, un témoignage d’amour. Je porte de l’intérêt à  mon interlocuteur et pour son bien je lui montre du doigt comment il peut s’améliorer. A condition que la critique soit constructive, bien faire la différence avec la critique facile méchante dont le but est de nuire et détruire.

Lorsque la personne en face possède cette intelligence du cÅ“ur, elle le prend bien et va utiliser cette critique pour changer son comportement ; il n’y a pas d’échec mais uniquement des expériences de vie qui servent à  notre propre évolution;.

S’auto-critiquer de façon intelligente est aussi une pratique qui nous libère de l’auto-jugement, la culpabilité, la déception, etc. Cette exercice va chercher en nous des qualités particulières, comme l’humour, l’auto-dérision, le lâcher prise, l’authenticité afin de rester fidèle à  nous même;

Ne pas perdre de vue qu’une critique bienveillante et nourricière doit être : précise, bien expliquée avec exemples métaphoriques et arguments en s’appuyant sur une situation ou une attitude dissonante bien spécifique, sans dénigrer ni remettre en cause la valeur personnelle de son prochain.

Nourrir la bienveillance et le non jugement

Un vieux dicton disait « Avant de juger un homme, marche une journée dans ses mocassins. » Etre bienveillant, dans l’empathie, c’est la capacité à  se mettre dans la peau de l’autre pour vivre son ressenti intérieur, mieux appréhender sa vision du monde, ses valeurs, ses aspirations et ses émotions.

Seule la bienveillance, le non jugement, l’amour de son prochain, le respect, la capacité d’empathie, l’intelligence du cÅ“ur permettent la paix et les relations saines.

Toutes ces qualités à  développer nous aident à  devenir meilleur et aller un peu plus dans la lumière : cela permet l’ouverture du cÅ“ur et de l’esprit.

Avant d’être systématiquement sur la défensive : apprenez à  écouter, apprenez à  comprendre, tentez de percevoir ses blessures émotionnelles, de cibler ses intentions réelles, avec une ouverture du cÅ“ur et de l’esprit. A force, vous n’allez plus en faire immédiatement une « affaire personnelle » en sur-réagissant, ni faire de supposition en pensant à  la place de l’autre, mais bien, au contraire, devenir : plus détendu, plus cool, plus bienveillant avec les autres comme avec vous-même.

Devenez confiant en restant uni à  vous-même pour ne plus avoir peur des autres

Vous aimeriez bien refaire confiance, mais la peur d’être trompé, manipulé, trahi à  nouveau stop net votre envie. Votre passé souffrant, votre capacité à  toujours imaginer le pire, votre anxiété chronique vous enferment dans ce repli sur vous-même et ce besoin de vous protéger de l’extérieur par l’agressivité ou la méfiance.

Mauvaise stratégie parce que rester dans le « contrôle permanent » c’est investir énormément d’énergie à  supposer, interpréter, ruminer, mal réagir, contrôler, manipuler, se méfier, surveiller, etc.

C’est vivre tendu physiquement « personne contrôlante » et avec cette image tronqué du monde « mental crispé et psycho rigide » dans une réalité systématiquement sombre. C’est vivre dans la peur. Alors qu’il y a uniquement 2 chemins de vie : Vivre dans la Peur; ou Vivre dans l’Amour

Avez-vous envie d’avoir raison (légitime dans votre victimisation) ? ou bien avez-vous envie d’être heureux ? Là  est la bonne question à  se poser honnêtement;.

Il faut choisir d’être heureux en se levant le matin. Le bonheur c’est un choix dans sa tête et ça vient de l’intérieur. Rien de plus facile que de se plaindre, critiquer et avoir peur de tout, c’est à  la portée de tout le monde; rien de courageux là -dedans;

Le chemin de la peur est toxique et toutes ses peurs aspirent votre énergie vitale.

Faites confiance jusqu’à  preuve du contraire « lâcher prise » pour utiliser votre énergie vitale sur des pensées et activités qui vous rendent heureux;

Et aussi, pour modérer votre méfiance, devenez simplement « éveillé » et faites preuve de « bon sens ». Une situation, un travail, une relation tout cela doit vous faire sentir « bien » (chemin de l’amour). Si vous vous sentez mal vous êtes dans la peur : peur d’être trompé, peur de ne pas être payé à  la hauteur de vos compétences, peur d’être exploité, peur d’être licencié. Dans ce cas-là , vérifié en étant « éveillé » et pas « aveugle ou dans le déni » si le partenaire est cohérent entre son discours et ses actes, si l’entreprise est pérenne financièrement, ; puis agissez dans le sens du chemin de l’amour de ce qui est bon pour vous !

Plus vous projetez sur votre prochain des pensées positives et plus vous lui donnez l’occasion d’exprimer, à  son tour, le meilleur de lui-même en l’accueillant avec respect et amour.

Vous attirez alors dans votre vie, de plus en plus, des relations saines et des situations épanouissantes où chacun est gagnant.

N’hésitez pas à  me consulter pour maîtriser vos émotions et sortir du triangle dramatique : victime / persécuteur / sauveur. Je vous accompagne avec les méthodes de libération émotionnelle : eft, tapping, communication non violente, hypnose, pnl;

« Prenez soin de vous, n’attendez pas que les autres le fassent à  votre place; »

Fabienne Chantelouve Aller mieux Hypnose Lyon

Cet article vous a plu ? Merci de mettre un petit « J’aime » Facebook